Elaboration du Bilan d'Eau

Les processus hydrologiques actifs au sein du bassin versant du Kou sont nombreux : ruissellement de surface, contribution de la nappe, évapotranspiration, infiltration, … Il en résulte donc un fonctionnement complexe. Puisque certains termes ne pouvaient pas être estimés directement, il a été trouvé nécessaire d’utiliser la modélisation hydrologique.

Le modèle hydrologique HySim utilisé dans le cadre de cette étude se veut le plus complet possible et de ce fait, tente d’intégrer un maximum de paramètres afin de recréer au mieux les conditions qui prévalent dans un milieu naturel tel qu’un bassin versant.

Les résultats obtenus indiquent que pour un apport d’eau annuel de 1027,7 mm, à l’exutoire 57% provient de la pluie et 43% provient de la nappe, à travers le bassin 77% (863,8 mm) est perdu par évapotranspiration, 13% (151,5 mm) participe au ruissellement de surface et 10% (112,4 mm) s’infiltre.

La mise en œuvre de ce modèle a donné des résultats acceptables et sûrement intéressants. Il s’est dégagé une importance de l’évapotranspiration et une faiblesse de l’infiltration dans le cycle hydrologique de ce bassin versant. Cela traduit que le bassin versant du Kou est marquée par une nette surexploitation. Cette situation paraît problématique pour le futur. Les résultats obtenus restent donc un état des lieux pour les décideurs. (Télécharger l'article ici)

Pour des futures études un manuel d'utilisation d'ArcSWAT, avec données d'exercise, a été élaboré.

observés vs simulésMise en évidence des corrélations entre débits simulés (vert) et observés (rouge).